zoomable

GILLES RIGOULET

Molitor 2014 - 414

Depuis la réouverture le 19 mai 2014, j'ai repris le chemin des eaux de Molitor, l'atmosphère est plus sereine, les corps se posent aux ondes calmes des lumières diffractées. Le nouveau jaune tango se dilue dans l'eau, et je l'apprivoise avec mes films et Pola couleurs. »  Gilles Rigoulet

 
dimension: 
40 cm x 30 cm

type:

composition / technique: 
tirage pigmentaire, sur papier mat
prix: 
nous consulter
 
les oeuvres de cet artiste
 

GILLES RIGOULET

 

Gilles Rigoulet a débuté dans la presse. Premier photographe attitré du journal Le Monde, il réalisa « Portrait d’un quotidien » avec le photographe Henri Cartier-Bresson.Robert Doisneau le présente dans un portfolio de la revue Photo-magazine et Christian Caujolle l’invite à l’Exposition collective Vivre en maillot de bain à la piscine Deligny. 

Au travers de tous ces voyages pour la presse quotidienne et magazine, il réalise sur une période de trente ans « Paysage en mouvement », photographies faites à partir d’une voiture en déplacement et exposées sous le titre « Carnet de voyage » au Bon Marché de Paris. 

À partir de la fin des années 90, Gilles Rigoulet développe un travail en Polaroïd N&B dont les premières séries portent sur les paysages de légendes de Chausey en Polaroïd 665, exposées au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris et pendant deux ans en Basse-Normandie. Le magazine « Le Monde 2 » publie un portfolio de ces photographies « Paysages en mouvement » de la série TGV dont un extrait a été exposé sur les grilles du Jardin du Luxembourg à Paris lors de l’exposition de la SNCF : «  Les français vu du train », de septembre 2010 à janvier 2011.

L’ensemble du travail Polaroïd en négatif, nus, objets du quotidien, verres, paysages, arbres a été montré dans une suite d’expositions en Normandie, à la Galerie Photo Verdeau (Passage Jouffroy à Paris), au Salon d’art contemporain Mac Paris à la porte de Champerret et au Musée du Montparnasse en février 2013.

L’ensemble d’images « Transparences », toujours en Polaroïd positif est montré pour la première fois au 19 Paul Fort, à Paris.

 

POUR LA SÉRIE MOLITOR 1985 - MOLITOR 2014

« En 1985, j’ai réalisé une série d’images en n&b sur la piscine Molitor*. Cette série fait partie d’un travail réalisé pendant vingt ans sur le corps et l'eau, dans les piscines de France et du monde. La quarantaine d'images proposée ici est un témoignage unique de l'après guerre à la fermeture de la piscine en 1989. Unique également le fait de pouvoir effectuer des photos aux yeux de tous et sans autorisation particulière. Mon appareil photo se promenait au ras et sous l’eau sans effrayer qui que se soit. Certaines de ces images serviront d’éléments de décoration et seront intégrées au nouveau Molitor, un complexe hôtelier de luxe aménagé autour de la piscine, comprenant un hôtel de prestige, un spa, un restaurant, un centre de conférence, un club privé… Depuis la réouverture le 19 mai 2014, j'ai repris le chemin des eaux de Molitor, l'atmosphère est plus sereine, les corps se posent aux ondes calmes des lumières diffractées. Le nouveau jaune tango se dilue dans l'eau, et je l'apprivoise avec mes films et Pola couleurs. »  Gilles Rigoulet

* Quelques unes de ces images de Molitor ont fait partie d’une exposition à la piscine Deligny et d’un livre collectif réalisé par Christian Caujolle, en 1986, « VIVRE EN MAILLOT DE BAIN » avec Henri-Cartier Bresson, Joseph Koudelka, Marie-Paul Negre, Marc Riboud, Claude Nori, William Klein, Helmut Newton, Jean Loup Sieff, Jacques-Henri Lartigue, Mary Ellen Marck, Franco Fontana,

“Avant, on courait et on faisait des bombes, on roulait son maillot une pièce sur les hanches et on s’en grillait une après le bain, les doigts encore humides. Il y a trente ans, dans les piscines municipales, les normes - de sécurité, d’hygiène, esthétiques - n’étaient pas les mêmes : il y avait des plongeoirs, des cheveux et des seins nus partout. « C’était l’époque des piscines plaisir. Des lieux extrêmement vivants, ludiques, où l’on venait passer un moment très convivial. Les enfants sautaient, les femmes en faisaient un peu trop, ça draguait dans tous les coins. C’était la vie. », résume Gilles Rigoulet. Au milieu des années 1980, le photographe entame un travail au long cours sur le corps et l’eau. Il arpente alors les mythiques piscines parisiennes Molitor et Deligny, saisissant du bord et sous l’eau le corps des baigneurs (sans provoquer le moindre haussement de sourcil : avant, il n’y avait pas de réseau social et de crispation autour du droit à l’image). Ces instantanés en noir et blanc captent – souvent simultanément – le rythme à deux temps du plaisir aquatique : corps immobiles bronzant consciencieusement ; les autres qui plongent, glissent, éclaboussent. Quatre ans après ces clichés, en 1989, Molitor, insalubre, ferme ses portes. Après ? Après, les slips moulants et les bonnets de bain sont devenus obligatoires dans les piscines municipales. Forcément l’air du temps y paraît moins sympathique…”

Julie Pêcheur, in M Le magazine du Monde, 3 mai 2014

 

POUR LA SÉRIE "CHAUSEY" & LA SÉRIE "ARBRES"

"Je regarde dans le silence les objets de la maison, conscient de leur forme, de leur beauté. A la manière de Morandi, une carafe, un vase s’assemblent, deux verres parlent des moments partagés. Une fleur fanée devient éternelle, plus forte que l’amour. Le calme s’est posé… Je sais que ce moment est un passage, que tout va disparaitre. La silhouette d’un arbre, le dessin d’un rocher, l’aura d’un paysage parlent à l’esprit. Depuis des millénaires, l’homme entretient une conversation secrète avec la nature. Les légendes et les croyances sont les traces de cette fascination. La nature est la source de mon recueillement. Je réalise ces images avec un film Polaroid n&b qui n’existe plus, le 665, film positif à negatif récupérable. Pour moi, le Polaroid est la clef de l’imaginaire, l’accès à l’irréel, une frontière invisible entre le temps et l’intemporel. L’image Polaroïd est insoumise, en perpétuel mouvement. Elle conte une histoire étrange, au-delà des mots et des apparences. Reste le noir et blanc. Il est là, profond, révélant la forme, dans sa simplicité et sa présence."      Gilles Rigoulet

 

 

EXPOSITION & PUBLICATION

- Exposition avec l’Ardi à Caen d’une série de paysage fait en Europe, 1984

- Exposition à la Seita, le « Reportage pas mort » sous la direction de Guy Mandery, Paris 1985

- Dossier photo dans la revue Photo-magazine présenté par Rober Doisneau

- Exposition de la série « le corps et l’eau » à la piscine Deligny avec la sortie du livre « Vivre en maillot de bain‎ » au côté de Lartigue, Newton, Fontana, Claude Nori sous la direction de Christian Caujolle. Paris 1986

- Sortie du livre « Sourires » réalisé par Djan Seylan chez Abbeville presse avec Lartigue, Max Pam, Bernard Plossu, Elliot Erwitt, Marc Riboud, Izis, Carl de Keyser, Sergio Larrain, Herbert List, Cartier Bresson. 1991

- Sortie du livre dirigé par Jean Claude Gautrand  Paris, mon Amour chez Taschen en 2004

- Voyage pour de nombreux reportages dans « Grands Reportages », « Géo », « France + » éditions étrangères, « Sunday Times », « La Stampa »,  etc…

- Expositions « Paysage en mouvement » au  Bon Marché pour l’exposition « Carnet de voyage » et sortie des carnets Louis Vuitton

- Exposition de « Paysages de légendes » au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris et dans les musées de Basse-Normandie pendant 2 ans. Photos réalisées dans l’archipel de Chausey

- Publication d’un ouvrage photographique sur Prague aux Editions  Solar, sous la direction de Suyapa Granda Bonilla

- Exposition et publication avec un texte de Lydia Kamitsis, « Portraits et Costumes de Travail à Conches » en 2006

- Projection d’un travail sur l’autisme au festival du Grand Reportage Visa pour l’Image à Perpignan et publication d'un ouvrage au Seuil

- Publication dans le magazine « Le Monde 2 » d’un portfolio de « Paysages en mouvement » de la série « TGV »

- Un extrait de la série « Paysage en mouvement-vu du TGV » a été exposé sur les grilles du Jardin du Luxembourg à Paris pour l’exposition de la SNCF : « Les Français vus du train » de septembre 2010 à janvier 2011

- Travaille depuis 4 ans à une série couleur sur le littoral du Cotentin et sur l’aménagement du littoral de la Seine Maritime et du Calvados

- Exposition « Polaroïd 665 - Chausey » au Carrefour des Arts La Chapelle Urée dans la Manche en mars 2012

- Exposition « Polaroïd 665-séries » au 19 Ter à Evreux du 27 octobre au 11 novembre 2012

- Exposition à la galerie Photo Verdeau de « Polaroïd 665-séries » pour le Mois de la Photo off de Paris, du 15 novembre 2012 au 20 février 2013

- Salon d’art contemporain  « MacParis » présentation de « Polaroïd 665-séries » Espace de la porte Champerret  du 22 au 25 novembre 2012

- Exposition « Au-delà du Corps », photos Polaroïd 665 positif et négatif, au Musée du Montparnasse  du 19 au 28 février  2013

- Exposition « Transparence » (Polaroid  positif et négatif sur le verre ) au 19, rue Paul Fort chez Hélène Aziza du 4 au 22  avril 2013

- Exposition Molitor 1985, à la galerie caroline tresca, mars 2014, à l'occasion de l'ouverture du Nouveau Molitor

- Exposition Molitor 1985 - Molitor 2014, à la galerie caroline tresca, du 1er au 13 novembre, dans le OFF / Mois de la Photo, Paris