zoomable

LAURENT CHABOT

Champ de meules 4

 
dimension: 
27 cm x 41 cm

type:

composition / technique: 
huile sur toile
prix: 
nous consulter
 
les oeuvres de cet artiste

La lumière est un phénomène physique, un transport d'énergie sans transport de matière, comme le mouvement d’un rêve visible dont le soleil serait le véhicule.

Plasticien, poète et photographe, Laurent Chabot aime capter ce phénomène à travers la seule couleur qui a valeur à ses yeux. « J’ai commencé à peindre en jaune en 1983, l’année de mon arrivée à Paris. L’été, de mon appartement, je voyais au loin le quartier de la Défense, plombé dans une lumière voilée, la même que celle du bout du champ de mon adolescence, une touche de pollution jaunâtre en plus. C’est ce qui m’a amené à penser la lumière, pure et impure, la lumière à son zénith… ». 

 

LAURENT CHABOT

 

MON PREMIER CONTACT AVEC LA PEINTURE

C’EST QUAND J’ETAIS TOUT PETIT

MAMAN M’AVAIT DEMANDE

D’ALLER PEINDRE LE GARDE MANGER.

C’ETAIT COMME UNE PETITE MAISON EN BOIS

AVEC SON TOIT EN PENTE

ET SON GRILLAGE FIN TOUT AUTOUR

POUR EMPECHER LES MOUSTIQUES D’ENTRER.

LA PEINTURE ETAIT JAUNE A L’HUILE LAQUEE

J’AIMAIS BIEN L’ODEUR

ET JE M’ETAIS INSTALLE DANS LE JARDIN. "

Laurent Chabot

 

La lumière est un phénomène physique, un transport d'énergie sans transport de matière, comme le mouvement d’un rêve visible dont le soleil serait le véhicule. Plasticien, poète et photographe, Laurent Chabot aime capter ce phénomène à travers la seule couleur qui a valeur à ses yeux. « J’ai commencé à peindre en jaune en 1983, l’année de mon arrivée à Paris. L’été, de mon appartement, je voyais au loin le quartier de la Défense, plombé dans une lumière voilée, la même que celle du bout du champ de mon adolescence, une touche de pollution jaunâtre en plus. C’est ce qui m’a amené à penser la lumière, pure et impure, la lumière à son zénith… ». Depuis, les thèmes se sont succédés avec le soleil en point de mire ou en observateur privilégié, comme un empereur ou un pape à leur balcon, un orfèvre disposé à façonner quelque pièce de son choix. New York, le désert d’Atacama au Chili, les paysages de la campagne française avant la moisson, les paysages de la campagne française après la moisson et les meules, partout, comme de nouvelles rotondités autour desquelles une nature complice, sereine et pudique se prête à notre admiration. Appliquées avec soin, plusieurs couches de peinture transparente augmentent l'effet de profondeur du motif et de la couleur (c’est la technique du glacis des maîtres classiques).

Les formats sont généreux,comme le peintre d’ailleurs dont le travail témoigne d’un respect quasi filial pour la nature en général, la campagne en particulier, lieu de ses origines, matrice de son talent. « La question, c'est de comprendre où se situe le tracé du travail graphique. Avant la pose du jaune ? Après ? Magie alléchante !. Est-ce l'aube ? Est-ce le crépuscule ? Le présent passé ? Le futur ? » comme s’interroge Sylvie Reymond-Lépine (Conservatrice à La Ville de Paris). Éveil ou coucher, peu importe finalement, puisque Laurent Chabot nous invite à la noce. Alors, ensuite, on peut dire que Van Gogh se serait volontiers promené dans ces tableaux nimbés de leur huile jaune ou que Rothko se plairait bien à rencontrer un tel artiste. Et, le disant, nous ne serions pas si loin de la vérité. Jean-Pierre Delest

 

 

Au-delà de leurs techniques, les œuvres d'art bruissent de leurs secrets. À l' "Ivre...de peinture"(1) de les décrypter. Un secret peut se partager, il s'agit de temps et de confiance, de pousser la porte sur la pointe des pieds avec le désir de savoir ce qui peut bien se trouver "derrière le miroir" (2) et "de l'autre côté" (3), le seuil une fois franchi, découvrir de quelle alchimie il est question, quelle fabrique de rêves s'y déroule et quel Sabbat diurne ou nocturne y est célébré. Ainsi en est-il pour la galerie caroline tresca, lieu dans lequel la confidentialité se mérite sans sélection préalable, si ce n'est celle de la seule et vivace curiosité.

Laurent Chabot, plasticien, poète et photographe, est entré en peinture comme on entre en religion, son parcours est une quête sans fin qu'il achemine sans précipitation, avec ferveur et foi. En effet, qu'advient-il quand le soleil "noir" s'empare totalement d'un être ? Or le soleil de Laurent Chabot est jaune sans que l'on y décèle une quelconque obsession ni une quelconque aliénation. Le jaune est la couleur que Laurent Chabot a choisie depuis qu'il a commencé à peindre. Cette couleur s'est alors étendue à d'autres médiums (le dessin, la photographie). C'est sa signature, sans faiblesse, ni répétition. "Je suis loin d'avoir fini cette prospection" confie t-il.

La question, c'est de comprendre où se situe le tracé du travail graphique. Avant la pose du jaune ? Après ? Magie alléchante qui dans sa série de "Portraits" nous entraînait dans le processus de la révélation, tout comme dans celui de l'apparition dans ses séries de peintures. Est-ce l'aube ? Est-ce le crépuscule ? Le présent passé ? Le futur ? La très grande douceur d'un Millet ? La froideur d'un déluge astral ? Une "nuit Américaine" ? (4). À ce propos, Laurent Chabot n'a t-il pas écrit "En plein jour, c'est la nuit que le soleil éclaire" ? Ce sont tous ces possibles qui font osciller l'œuvre de Laurent Chabot entre classicisme maîtrisé et modernité. Aucune brutalité néanmoins dans le travail de Laurent Chabot, si ce n'est ce cheminement incessant de l'oeil à l'âme.    

Sylvie Reymond-Lépine (Conservateur à La Ville de Paris)

 

NOTES

1- En référence au film coréen de Im Kwon-Taek (2002) " Ivre de femmes et de peinture"

2- "Bigger than life", film de Nicholas Ray, USA, 1956

3- En référence au conte de Lewis Carrol "De l'autre côté du miroir  et ce qu’Alice y trouva"

4- Technique cinématographique où un filtre est utilisé. Dans le travail de Laurent Chabot, ne pas perdre de vue l'omniprésence du cinéma américain

 

Expositions personnelles (extraits)

2015            galerie caroline tresca (mai)

2014            galerie caroline tresca (janvier)

2013            Mac 2000, Paris

2011            Secret Art Gallery, Paris

2010            Thé ou café France 2

2008            Galerie Regard, Europ’Art, Genève

2006            Galerie Guigon, Paris

2002            Foire d’art contemporain de Strasbourg, Galerie Jean Greset, Besançon

1998            Galerie Area, Paris

1997            Galerie Louis, Paris

1993            Fondation d'art contemporain Paul Ricard, Paris, Un soleil sinon rien

1992            Galerie Area, Paris

1990            Galerie Duval-Dunner, Paris, Ecran total

1989            Galerie Duval-Dunner, Paris, Des gyrophares jaunes

1988            La Locomotive, Paris

1987            Art Jonction International, espace Ben Vautier, Nice

1984            Galerie Lola Gassin, Nice

                    Ben Vautier, Nice

1982            Galerie Dominique Marchès, Châteauroux

1981            Galerie des Tanneurs, Tours

 

Expositions collectives (extraits)

2012           Galerie 59 rue de Rivoli, Paris

2011           Galerie Samantha Sellem, Paris

2011           Galerie Ephémeert, Paris

2007           Europ’Art, Genève

2004           Musée de la serrurerie Bricard, Retour de chine

2003           Mairie du XIème, Paris

2002           Galerie Courant d’Art, Paris

2000           Espace Cegetel, La Défense

1999           Salon Damary-les-Lys, Galerie Akié Aricchi

1998           Château d'Homécourt

1997           La Source, parrainage Gérard Garouste

1997           Galerie Area, Paris, Chabot - Lamotte - Lanneau - Levêque

1996           Maison du Geste et de l'Image, Paris, La Collection d'Edouard

                   Château Paul Ricard, Association La Source, parrainage Gérard Garouste

                   Mairie de Pantin

1995           Fondation d’art contemporain Paul Ricard, Paris

1994           Ho Chi Minh, Espace NK, Vietnam, Journée Internationale de l'Enfance

1993           Espace Culturel Paul Ricard, Exposition Cyclisme International

1992           Wetherwolt Galleries, Washington, USA

                   Mois de la Photo, avec "Tendance Floue", FNAC Montparnasse, Paris

1990           La Locomotive, Paris, 5 + 1

1987           Galerie Le Chanjour, Nice, Comme chez soi

                   Galerie A-TE-LIER, Paris, Laurent Chabot et Patrick Dubrac

1986           Galerie Duval-Dunner, Paris, Papiers d'identité

1985           Salon de Montrouge

                   Association Culturelle de l'Etarche, Louveciennes

                   Intervention plastique dans la ville, Confort Moderne, Poitiers

1984           Salon de Villeparisis

                   Espace Kairn, Paris

1983           Musée de Poitiers

                   Confort Moderne, Poitiers

                   Galerie Marchès-Castagne, Tours

                   Galerie Dominique Marchès, Châteauroux

                   Centre d'Art Contemporain, Chateauroux, Regard Neuf sur le Centre

                   Centre Divergence, Metz

1982           Maison des expositions, Genas, Organisateur Ben

 

Vidéos formats courts

2008           Participation à la vidéo de Guy Limone, Du jaune du jaune du jaune,

1996           La Cinq, Dédalus, 6'30

1990           La Locomotive, Paris, 5 + 1

 

Collections publiques - achats

                   Mairie de Pantin

                   F.R.A.C. Centre

                   Bibliothèque d’Amiens – Donation Alin Avila

 

Collections d’Entreprises - achats

                 Paul Ricard, Marseille

                 Pitch Promotion, Paris

                 Bridge Point, Paris

                 Etude Begon, Bonneau, Herbert, Bougeard, Notaires, Paris

 

Edition

2003         Area Revue (s) n° 3, poème

1997         Edition Yéo, Ode to Indurain

1996         Centre National de Documentation Pédagogique, vidéo soleil

1992         Edition Yéo,  Vous allez vous blesser, il fait si noir

1990          2000 Libelle, Mensuel de Poésie, poèmes

1982          et années suivantes, Chroniques de Ben Vautier, poèmes

 

Presse

2008            Magazine Azart, hors-série n°12, Peinture contemporaine, Au cœur de la couleur

2007            Magazine Azart, hors-série n°8, Figuration contemporaine, La nature, couverture

1999            La Nouvelle République du Centre-Ouest, Tours

1999            Art Jonction International, Nice, Carte Blanche à Laurent Chabot 

1997            Verso, Sophie Braganti, Un, Deux, Trois, Soleil

                    Télérama, Laurent Boudier, Le déjeuner sur l'herbe

                    Muséart, Françoise Monnin, Cyclisme

                    Journal d’entreprise Paul Ricard, L’espace en jaune

                    Profils Art, Laurent Chabot

1993            Télérama, Laurent Boudier, Un soleil sinon rien

1992            DADA, Sophie Braganti, Toujours Midi

1991            GaiPied, François Garnier, Sous le soleil exactement

1990            Regard-Expo n° 1, Claire Gilly, ... et Chabot broie du jaune !

                    Télérama, Laurent Boudier

1989            Concept,  Laurent Chabot : morceaux choisis

                    L'Inconnu et l'Art, Maxime Duclos, Laurent Chabot : un alchimiste de la vision!

                    Télérama, Laurent Boudier, Laurent des villes, Chabot des champs

                    Kanal, Maxime Duclos, Le jaune et le noir

1988            VSD, Michèle Visciano

1987            Kanal, Maxime Duclos,  Sun / Nus / Uns

1984            France Culture, Michel Chapuis, L'Atelier

                    Paris Normandie, Roger Balavoine

1983            Art Press, Fabienne Castagné

                    FR3 Poitiers, Exposition Confort Moderne

1982            Axe Sud, Eric Fonteneau,

                    La Nouvelle République du Centre-Ouest

                    Art Press, Fabienne Castagné