blog

09 Février 2014

EXPOSITION LAURENT CHABOT DU 20 JANVIER AU 1ER FEVRIER 2014

Au-delà de leurs techniques, les œuvres d'art bruissent de leurs secrets. 

À l' "Ivre...de peinture"(1) de les décrypter. Un secret peut se partager, il s'agit de temps et de confiance, de pousser la porte sur la pointe des pieds avec le désir de savoir ce qui peut bien se trouver "derrière le miroir" (2) et "de l'autre côté" (3), le seuil une fois franchi, découvrir de quelle alchimie il est question, quelle fabrique de rêves s'y déroule et quel Sabbat diurne ou nocturne y est célébré. Ainsi en est-il pour la galerie caroline tresca, lieu dans lequel la confidentialité se mérite sans sélection préalable, si ce n'est celle de la seule et vivace curiosité.

Laurent Chabot, plasticien, poète et photographe, est entré en peinture comme on entre en religion, son parcours est une quête sans fin qu'il achemine sans précipitation, avec ferveur et foi. En effet, qu'advient-il quand le soleil "noir" s'empare totalement d'un être ? Or le soleil de Laurent Chabot est jaune sans que l'on y décèle une quelconque obsession ni une quelconque aliénation. Le jaune est la couleur que Laurent Chabot a choisie depuis qu'il a commencé à peindre. Cette couleur s'est alors étendue à d'autres médiums (le dessin, la photographie). C'est sa signature, sans faiblesse, ni répétition. "Je suis loin d'avoir fini cette prospection" confie t-il.

La question, c'est de comprendre où se situe le tracé du travail graphique. Avant la pose du jaune ? Après ? Magie alléchante qui dans sa série de "Portraits" nous entraînait dans le processus de la révélation, tout comme dans celui de l'apparition dans ses séries de peintures. Est-ce l'aube ? Est-ce le crépuscule ? Le présent passé ? Le futur ? La très grande douceur d'un Millet ? La froideur d'un déluge astral ? Une "nuit Américaine" ? (4). À ce propos, Laurent Chabot n'a t-il pas écrit "En plein jour, c'est la nuit que le soleil éclaire" ? Ce sont tous ces possibles qui font osciller l'œuvre de Laurent Chabot entre classicisme maîtrisé et modernité. Aucune brutalité néanmoins dans le travail de Laurent Chabot, si ce n'est ce cheminement incessant de l'oeil à l'âme.

 

Sylvie Reymond-Lépine

Conservateur à La Ville de Paris

 

NOTES

1- En référence au film coréen de Im Kwon-Taek (2002) " Ivre de femmes et de peinture"

2- "Bigger than life", film de Nicholas Ray, USA, 1956

3- En référence au conte de Lewis Carrol "De l'autre côté du miroir  et ce qu’Alice y trouva"

4- Technique cinématographique où un filtre est utilisé. Dans le travail de Laurent Chabot, ne pas perdre de vue l'omniprésence du cinéma américain

09 Février 2014

INAUGURATION DE LA GALERIE JEUDI 12 DECEMBRE 2013

Nous vous remercions d’être venus si nombreux à l’inauguration de notre galerie au succès de laquelle vous avez largement contribué. Bien sûr, l’affluence ne nous a pas permis de rencontrer chacun d’entre vous, mais ce n’est que partie remise puisque nous serons heureux de vous recevoir individuellement lors de votre prochaine visite, du mardi au samedi de 14h à 19h. Vous aurez alors le loisir de mieux découvrir les œuvres qui y figurent en profitant de tout l’espace.  À tout à l’heure !

08 Mars 2013

Bonne journée

Pages