expositions

LE PLUS SIMPLE APPAREIL, exposition

FALCONNIER & GOLDRING, du 3 au 20 février 2016

 

Robin GOLDRING (peinture)IL n’y a plus rien, ou si peu, seulement quelques éclats sombres dont l’ensemble pourrait constituer une nuit sans lune. Un ciel noir a envahi l’espace de ces petites peintures sur bois. À moins que ces ténèbres imposent leur domination pour mieux révéler les lumières orphelines de quelques corps, puisque seuls et nus des corps subsistent. C’est un peu  la bure du mendiant de Victor Hugo « … Son vieux manteau tout mangé des vers, et jadis bleu, Étalé largement sur la chaude fournaise, Piqué de mille trous par la lueur de braise, Couvrait l'âtre, et semblait un ciel noir étoilé… » Une nudité tranquille et sans pudeur, donc, quasi exemplaire dans ce quelle témoigne de notre état originel, ordinaire et commun. Une nudité de bon aloi, accessible mais sans provocation pour autant. Unique lueur d’un monde à la clôture définie, à la périphérie certaine ; nudité issue d’un néant circonscrit par la main du peintre, suspendue dans un vide spatial et déterminé. Elle s’offre. Au fond obscur du support qu’elle ordonne d’abord, à notre regard ensuite. Un corps, une peinture, ou l’inverse. Est-ce un écrin ? Drôle d’univers que celui composé de ces corps anonymes croqués dans la nuit, étoiles fixées, étoiles endormies, allongées, arquées, voutées, cambrées, alanguies, somme de corps, masse et tension, chair neutre et poids courbe… Que disent de notre humanité ces corps en flottement suspendu, ordonnés et pliés sur eux-mêmes ? Peut-être témoignent-ils de notre fragilité impavide, de cette première parole que notre corps incarne. Pour cette série, Robin Goldring a aimé les polygones réguliers aux formats limités. 30 cm, 35 cm, guère plus. Une géométrie libérée du grand format, ou presque. Saynètes, instantanés. Le peintre se fait photographe, chorégraphe, poète et astronome. Une étoile à la fois dans la prunelle du maître. Discret, il surprend l’intimité dans ce qu’elle a de plus simple, de plus naturel. Pas de pathos, ici, une mise en scène minimale. Chaque personnage croqué semble livré à lui-même, son attitude banale, la pose, s’il y en a une, familière. On est assis ; on dort ; on se tient à genou ; on se tient droit ; on se redresse ; on se penche. Sont-ils rêveurs, danseurs ou pugilistes ? Certaines peintures, il y en a peu, sur lesquelles se laissent deviner plusieurs personnages dévoilent une tension des corps. Une densité contenue qui équilibre la quiétude affichée ailleurs.

Partout, la facture réaliste au trait précis donne un résultat surprenant, c’est que Robin Goldring tient sa méthode, un stratagème ingénieux qui renforce l’impression de flottement. Il peint sur un film adhésif transparent avant de l’appliquer sur le bois. Ainsi, comme le dit la conférencière et historienne d’art, Pascale Guiony, « les premières touches de pinceau disparaissent sous les suivantes… jusqu’au marouflage, instant où l’arrière redevient l’avant, faisant triompher les premiers coups du pinceau. », et de poursuivre « C’est par le truchement de l’adhésif que la magie opère (…) Dans son atelier, le film adhésif est partout, sur ses œuvres mais aussi sur ses meubles, nombre de repentirs, de ratés de collage ont fini sur son fauteuil fétiche, momifié par ces épaisseurs de film, chacune comportant un élément d’une œuvre, une trace de ses créations, la mémoire de son travail, de ses doutes, de ses tâtonnements. » puisque, précise-t-elle «  c’est le côté collant du film qui reçoit et fixe aussitôt les traits du pinceau qui vont devenir figures, ces figures si saillantes, qui semblent minutieusement détaillés une à une tout en flottant sur le vide du fond ».

Voilà ! Nous sommes dans un poème magique de la nudité où s’épanouit l’humanité des personnages ou bien est-ce la sagesse du peintre, puisque, nous le savons bien, comme renoncement au vêtement, qui de son côté peut signifier notre attachement au monde, la nudité est aussi symbole de l’ascèse.

Robin Goldring est né en 1963 à Paris. Diplômé de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris (1986), il vit et travaille à Paris.

Jean-Pierre Delest

 

Sylvie FALCONNIER (sculpture)Diplômée de CAMONDO en 1982, Sylvie FALCONNIER débute comme designer de mobilier urbain. Puis, crée pendant trois ans, des objets pour des entreprises de verreries. Elle poursuit son activité dans le graphisme et définit des panels de couleurs et de matériaux pour une équipe d’architectes. En parallèle, elle reprend une formation aux Beaux Arts et commence un travail personnel de peinture et de dessin. Elle s’attache alors au mouvement, aux silhouettes et aux ciels. À Beyrouth, elle découvre le feu et l’émail, ses couleurs et sa lumière. Viendront la terre, le modelage et la sculpture. Ses dessins, corps, visages, mouvements, prennent vie. Un univers apparaît : feu, bronze et patines. Née en 1958 à Paris, Sylvie Falconnier vit et travaille aujourd’hui à Paris.

« Observer, chercher, fouiller, faire ce que l’on voit, ce qu’on laisse surgir en toute liberté. Transformer des blessures, des cris. Se servir du vertige, vers un lâcher prise, une sincérité, l’invisible, l’inexplicable. Finalement aller vers l’inconnu avec ce que l’on croit connaître. L’infini détail d’un visage laisse remonter une « émotion enfouie », les modèles sont plein de mystères, de vie, de mort. À la fin d’une journée de travail, on trouvera la paix ou la panique. À la force des pouces, des coudes, des bosselages et des creux qui accrochent la lumière et la nuit, les surfaces mouvementées de la sculpture conservent les marques des accidents, des peurs, du vertige, des joies survenues au cours du travail. »

Sylvie Falconnier

 

 

 

 

galerie caroline tresca
14, rue Servandoni - 75006 PARIS
du mardi au samedi, de 14H00 à 19H00

T   +33 (0)1 43 26 80 36

M  +33 (0)6 17 19 73 57

contact@galerie-caroline-tresca.fr

 

toutes les expositions

QUELQUES PETITS FORMATS : dessins et autres lumières au fond...

exposition du 14 mars au 1er Avril 2017 - LAURENT DELAIRE - KATIA MOHL - SERGIO SCHMIDT-IGLESIAS

ANDRÉS BUSTAMANTE

EXPOSITION DU 23 FÉVRIER AU 11 MARS 2017 - maisons en bois et autres boites

VIDES ACTIFS & MEULES MÉCANIQUES

exposition du 25 janvier au 9 février - Stéphanie GUGLIELMETTI - Laurent CHABOT

Exposition du 10 au 24 janvier 2017

UNE ÉPOQUE FORMIDABLE , avec Igor Kubalek (peinture) et M

MIKE SCHERTZER - DELPHINE BRABANT - "INTERCESSIONS" exposition du 07 au 22 décembre

Une intercession surgit de l’avènement d’expériences incompatibles...

 

LE PARI DU CIEL, exposition du 16 au 30 novembre 2016 FRÉDÉRIC CHOISEL - PATRICK DUBRAC

un chemin entre la tradition et la modernité, entre le passé et l’avenir, entre le bouillonnement de nos vies et l’espoir...

EPIDERME, exposition du 3 au 16 novembre 2016, BRUNO DUFOUR COPPOLANI - VICENTA VALENCIANO

Lorsque la peau fait signe c'est toujours pour inquiéter ; suspecte elle n'a jamais été une question pictu

LES INTERPRÉTATIONS PHOTOGRAPHIQUES du 5 au 22 octobre 2016

Hommage aux plumes-écritures, aux pinceaux-peintures de Katia MOHL, et p

EXPOSITION "CONVERGENCES", du 21 septembre au 4 octobre 2016

Emmanuel BARCILON (peinture) et Nicolas GUY ( sculpture) Nicolas Guy a déjà exposé deux saisis

" PARTIR , récit de voyage " - exposition du 22 juin au 9 juillet - Catherine MATAUSCH Agnès VANDERMARCQ - ZOU

Récits, photographies, peintures, dessins, collages portent la richesse de nos départs, mais ici, le voyage de

LA PAIX EN DANGER - chapitre 1, par Thierry Delaroyère - exposition du 8 au 21 juin 2016

« Cette colombe dessinée figure dans mon travail depuis trois ans environ.

SOLIDE FRAGILITÉ, exposition du 25 mai au 8 juin 2016

JEAN-MICHEL BOULAIRE  &  PATRICE NOVARINA -

" L'IDÉE DE NATURE " exposition collective du 06 avril au 10 mai

Littré en donne 29 définitions dans son dictionnaire dont le premier, finalement, n’aide pas tant que cela :

EXPOSITION "PNEUMA" du 10 au 23 mars

ARNOUX - TREMSAL GARILLON : une pureté de la forme qui renvoie à une utopi

LUDIK - ETNIK

exposition du 21 janvier au 3 février : métal, bois, papi

EXPOSITION du 16 septembre au 6 octobre,

Katia MOHL et de Marie-Laure VIEBEL ou comment façonner l'instable et rendre à la nature la force de ses symbo

EXPOSITION "TRAITS JEUNES" du 24 juin au 9 juillet

"TRAITS JEUNES"    tome II - juin / juillet 2015

 

EXPOSITION du 22 mai au 9 juin, GÉRALD FOLTÊTE et CAROLINE HEYRAUD

Le temps et son écoulement, le détachement des biens de ce monde : levures de l'artiste. Capter l’insaisissable et sai

Exposition du 5 au 19 mai 2015, LAURENT CHABOT & ROLAND DELEU

La lumière est un phénomène physique, un transport d'énergie sans transport de matière, comme le mouvement d’un rêve v

"CONTES POUR ENFANTS et AUTRES SUCRERIES" exposition du 10 au 22 avril 2015

Ce sont de petites histoires, ou des histoires courtes, comme des nouvelles, un genre subtil et raffiné...

"IDENTITÉ" exposition du 19 MARS au 7 AVRIL 2015, Stéphanie STINDEL (dessin) Marie-Louise SORBAC (sculpture)

 à l’occasion de la 3ième édition de D DESSIN, Cabinet de dessins contemporains à l’Atelier Richelieu &

"INTERCONNEXION" du 3 au 17 mars

SYLVIE BENOIT & ALAIN FENET

EXPOSITION COLLECTIVE du 22 JANVIER au 11 FEVRIER 2015

"ARBRE ET CÆTERA..."  Ce qui est caché est aussi important que ce qui est visible.

EXPOSITION CHAMAILLARD - CABANIS - CHOLAT du 2 au 16 OCTOBRE 2014

APPARITIONS & DISPARITIONS DE LIGNES ET DE COULEURS OUVRENT ICI UNE LECTURE, DONNENT UNE DIRECTION, PROPOS

EXPOSITION DELPHINE BRABANT & MARIELLE GUÉGAN du 18 septembre au 1er octobre

ALTERNANCE DE VIDE ET DE PLEIN...MATIÈRE ET COULEURS SOURDES.

EXPOSITION MARIE PIERRE MOREL & TIEN WEN du 4 au 18 septembre 2014

« Le fil du Japon : … dans la forêt, seule, j'ai suivi la trace de ces moines poètes, flânant, armés d'un carquois de pinceaux et d'une fiole d

DESSINS NOUVELLE GÉNÉRATION !
Du: 
26/06/2014 - 14:00
Au: 
09/07/2014 - 19:00

Des jeunes talents aux crayons affûtés !

EXPOSITION CHRISTINE MILLER & EMMANUEL BAZIN
Du: 
12/06/2014 - 09:00
Au: 
25/06/2014 - 23:00

CORPS EN TENSION  &  FLUIDES INSOLITES

du 12 au 25 juin 2014

EXPOSITION FREDERIC CHOISEL du 06 au 20 MARS 2014

À onze ans, Frédéric Choisel commence à prendre ses premières photos avec un vieil appareil Pentax.

EXPOSITION SERGE BIENABE

LUNDI 10 FEVRIER 2014 de 17H30 à 21H30 

 

Inauguration de la galerie

 

Nous vous remercions d’être venus si nombreux à l’inauguration de notre galerie au succès de laquelle vous avez largement contribué.